Projet de loi n° 66 – Les projets doivent passer par l’intégration des meilleures pratiques environnementales, plaide Réseau Environnement

Montréal, le 26 octobre 2020 — Alors que le gouvernement du Québec étudie présentement la deuxième mouture de son projet de loi visant à orchestrer la relance économique, Réseau Environnement souhaite réitérer que cette dernière doit passer de manière incontournable par la prise d’un virage vert.

« Les temps inédits que traversent le Québec et la planète entière ont mis sur pause une grande frange de l’économie mondiale. Il est fondamental que les projets permettant la relance intègrent les meilleures pratiques en matière environnementale », a souligné Me Christiane Pelchat, présidente-directrice générale de Réseau Environnement.

L’économie verte est une approche pour mettre en œuvre le développement durable (ISQ, 2020). C’est une économie qui entraîne une amélioration du bienêtre humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie des ressources (PNUE, 2011).

« Plusieurs études tendent à prouver qu’une meilleure performance environnementale est des plus rentable. C’est pourquoi tous les membres de Réseau Environnement s’allient pour proposer un cadre économique ambitieux pour relancer et renforcer l’économie québécoise. Celui-ci tourne autour de cinq grands chantiers : 1. Protéger notre ressource la plus chère : l’eau ; 2. Circulariser l’utilisation de la matière ; 3. Construire une économie sobre en carbone ; 4. Léguer des terres saines aux générations futures ; 5. Protéger la biodiversité », ajoute Mme Pelchat.

En comparant les résultats des mesures de relance mises en place à la suite de la crise financière de 2008, une équipe de l’Université d’Oxford a conclu dans une récente étude que les mesures de relance économique « vertes » créaient davantage d’emplois et rapportaient plus que les mesures de relance « traditionnelles ».

« Pour Réseau Environnement, il est donc primordial que les mesures de relance du Québec contribuent au développement durable des grandes villes comme des régions. Cette période de reprise est également une occasion de fournir plus de ressources au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour réduire les délais administratifs.

Réseau Environnement offre son entière collaboration au gouvernement qui peut compter sur son expertise et celle et ses membres, en plus de s’inspirer de son cadre économique pour orienter ses actions vers l’atteinte d’une économie verte et rentable pour le Québec et ses régions », de conclure la présidente-directrice générale de Réseau Environnement.

À propos de Réseau Environnement

Plus important regroupement de spécialistes en environnement au Québec, Réseau Environnement, agit comme catalyseur de solutions innovantes pour une économie verte. Carrefour d’informations et d’expertises favorisant l’émergence de solutions environnementales, l’association assure l’avancement des technologies et de la science dans une perspective de développement durable. Elle rassemble des expertes et des experts des domaines publics, privés et parapublics qui œuvrent dans les secteurs de l’eau, des matières résiduelles, de l’air, des changements climatiques, de l’énergie, des sols, des eaux souterraines et de la biodiversité.

Liens connexes :

Consulter les Recommandations pour la relance d’une économie québécoise plus verte

Consulter la version abrégée des Recommandations pour la relance d’une économique québécoise plus verte

– 30 –

Source :
Aurélie Gagnon
Pour Réseau Environnement
418 956-8150
[email protected]

PARTAGEZ
Share on twitter
Share on linkedin
Share on facebook
Share on email

Jean-Nicolas Côté

Monsieur Côté détient un baccalauréat en pharmacie, une maîtrise en environnement et poursuit des études en géomatiques appliquées afin de mieux modéliser la vulnérabilité aux changements climatiques.